Lumane Casimir : une symphonie

Par Clotaire Saint-Natus

Quel poète aux mémoires émues N’ira-t-il pas ouvertement

Dire son poème par monts et par vaux Pour une femme butinant pollen Jusqu’au coucher du soleil

Qui s’acheva par nuit de froide lune ?

Quoique marmot encore au nombril Peut-être même pas,

On m’a dit de toi Lumane ET moi, je vous le redis

Aujourd’hui et maintenant Lumane

Devant ce lever de soleil magnétique Toutes tes arcanes de femme ;

Ô Femme-Antilles d’une perle Qui marquera souvenir répercuté Sur fresques d’exposition D’Haïti chérie,

L’acclamation sur bicentenaire commémoré

D’une voix

Méditant un souffle ;

Poète

Je rachète au miroir de l’astre lumineux L’apothéose d’une symphonie inachevée :

Lumane Casimir,

Qui oserait t’oublier ?


article original publié dans l’édition Janvier 2018 de Reflets Magazine, en P. 27, à : https://reflets.online/wp-content/uploads/2018/02/RefletMagDec2017February2018.pdf